Lectures en cours

Vingt mille lieues sous les mers

7
Auteur : Jules Verne.

Titre : Vingt mille lieues sous les mers

Résumé :
Le scientifique français Pierre Aronnax, son fidèle domestique Conseil et le harponneur canadien Ned Land sont capturés par le capitaine Nemo qui navigue dans les océans du globe à bord du sous-marin Nautilus. L'aventure donne l'occasion de descriptions épiques (dont un enterrement sous-marin, un combat contre des calamars géants, etc.).
 
* * *

Jules Verne rime avec science, aventure et anticipation. Ses livres devancent de loin son époque. Certaines des machines ou concepts dont il a parlé dans ses livres n'ont été créés que des années après ! C'est vraiment fou !

Dans ce livre, Verne présente une riche épopée menée au fond de l'eau. Des descriptions détaillées jonchent le récit, autant scientifiques, biologiques ou tout simplement paysagères. L'auteur prend la peine de nous expliquer cette merveille qu'est la demeure du capitaine Nemo. L'électricité, la gestion de l'air respirable, le maintien de la pression, les vêtements les mets et plats, ... tout est savamment décortiqué pour notre plus grand plaisir. Par exemple, Jules Verne parle des scaphandres autonomes comme s'ils existaient vraiment à cette époque-là. Toute l'étendue de sa créativité est démontrée... A ces passages, difficile de ne pas admirer son talent.

Dans un autre temps, Jules Verne ne se montre pas avare en classant les genres de poissons et leurs caractéristiques... C'est un véritable trésor que nous réserve l'auteur. Quel travail ça a du demandé de réunir toutes ces informations ! Certainement de longues périodes de recherche ! Enfin, Verne décrit avec brio les fins fonds des mers qu'on a l'impression de s'y retrouver. Certainement, de ce point de vue-là, le livre est très, très abouti. 

Le seul problème, c'est que les descriptions freinent un peu le récit. Heureusement que l'action survient de temps à autre pour le ranimer et réveiller le lecteur. C'est tout de même un récit d'aventure, eh bien, sachez que l'aventure y est ! Des scènes excellentes jonchent le récit dont des chasses sous-marines et même un enterrement au fond de la mer.

J'en viens au Capitaine Nemo ! L'auteur nous révèle peu d'informations sur lui, ce qui fait qu'une atmosphère mystérieuse l'entoure. C'est un personnage très marquant.. Avec Phileas Fogg (dans Le tour du monde en 80 jours), il est mon personnage préféré parmi ceux que Jules Verne a façonnés - ceux que j'ai découverts, jusqu'à maintenant, ça va de soi.

J'ai mis beaucoup de temps à lire ce livre ; il est très riche en informations, il me fallait un moment pour digérer tout ça. Malgré certaines longueurs, j'ai passé un très bon moment. C'est un livre qui vaut très bien ceux que j'ai lus de Verne. Il me tarde d'en découvrir d'autres de lui !

Petit plus : Pourquoi Jules Verne attribue aux domestiques des prénoms bizarres ? :P Après Passe-partout, on a Conseil... A méditer, haha.

Note : 7.5/10
Extrait : (une magnifique description)
Il était alors dix heures du matin. Les rayons du soleil frappaient la surface des flots sous un angle assez oblique, et au contact de leur lumière décomposée par la réfraction comme à travers un prisme, fleurs, rochers, plantules, coquillages, polypes, se nuançaient sur leurs bords des sept couleurs du spectre solaire. C'était une merveille, une fête des yeux, que cet enchevêtrement de tons colorés, une véritable kaléidoscopie de vert, de jaune, d'orange, de violet, d'indigo, de bleu, en un mot, toute la palette d'un coloriste enragé !

* * *

" Monsieur, qu'est-ce que perle ? 
- Mon brave Ned, répondis-je, pour le poète, la perle est une larme de la mer ; pour les Orientaux, une goutte de rosée solidifiée ; pour les dames, un bijou de forme oblongue, éclat hyalin, matière nacrée, portent au doigt, au cou ou à pour le chimiste, un mélange de phosphate et de carbonate de chaux avec un peu de gélatine, et enfin, pour les naturalistes, une simple sécrétion maladive de l'organe qui produit la nacre chez certains bivalves.

Livre 12/26

7 commentaires:

Le syndrome E

2
 Auteur : Franck Thilliez.

Titre : Le Syndrome E.

Résumé :
Une affaire étrange bouleverse l'été de Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille où elle vit avec ses jumelles. Un de ses ex-petits amis a perdu la vue en visionnant un court métrage acheté au fils d'un collectionneur décédé. Un film muet, anonyme, mais surtout, un film à la mise en scène malsaine et au scénario énigmatique. Au même moment, le commissaire Franck Sharko, ancien de la Criminelle et analyste comportemental à l'OCRVP (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, Nanterre) suit un traitement par stimulations magnétiques au cerveau à cause d'une schizophrénie tenace. Il cède à l'appel du terrain à la demande de son supérieur et contre l'avis d'Eugénie, la petite fille imaginaire qui le suit depuis la mort de sa femme et de sa fille. Dans le Nord de la France, cinq corps d'hommes impossibles à identifier ont été retrouvés deux mètres sous terre. Mains coupées, dents et yeux arrachés, boîte crânienne tranchée, cerveau disparu, tous en état de décomposition avancé. Alors que Lucie découvre les horreurs que cache le film, un mystérieux Québécois l'informe par téléphone du lien ténu qui existe entre cette bobine et l'histoire des cinq corps. Une seule et même affaire grâce à laquelle Lucie et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier, vont se rencontrer… Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années 1950, les deux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu baptisé le syndrome E. Un mal d'une réalité effrayante qui révèle que nous pourrions tous être capables du pire…
 
* * *

Après avoir été moyennement convaincue par La mémoire fantôme, j'ai eu tout le temps de revoir mon jugement avec Le Syndrome E. Car ce fut beaucoup, beaucoup mieux ! :)

J'avais rencontré le personnage de Lucie Hennebelle dans mon premier livre de Thilliez et j'avais été marquée par elle. Quel plaisir de la retrouver de nouveau dans ce thriller ! C'est un personnage fort bien construit. Avec Sharko, par contre, ce fut ma première confrontation et je ne l'ai pas moins apprécié. :) Son air bourru qui cache une histoire complexe, ses manières qui dissimulent son côté brillant, c'est l'allégorie du genre de justiciers que je préfère.

L'intrigue ne m'a pas paru si intéressante, au début. Surtout, lorsque les deux enquêteurs travaillent chacun de son côté. Mais lorsqu'ils unissent leurs forces et qu'ils marchent ensemble vers un but commun, on est irrémédiablement attiré par l'histoire pour ne plus avoir envie de lâcher le livre. Là, les évènements prennent un rythme endiablé, le suspense est fort et on guette le moment où tout sera révélé. C'est extrêmement bien documenté... On sent le travail que Thilliez a du fournir pour construire une histoire pareille. Un grand avantage du livre est qu'à un certain moment, l'intrigue fait référence à un fait historique réel, j'ai apprécié cette touche et ça m'a donné envie de me documenter sur ça pour en savoir plus. 

L'écriture de l'auteur est vraiment superbe. Il maîtrise parfaitement ses dialogues, ses descriptions et ses actions, un élément clé dans le genre du thriller.

La fin du livre est très.. agaçante dans le sens où on nous laisse hagard avec un suspense à couper le souffle ! Heureusement que j'ai la suite : Gataca, sous la main. Un livre que je compte commencer le plus tôt possible.

En résumé, c'est un livre qui prend du temps à se mettre en place avant que la vraie histoire commence mais qui se lit tout seul et qui est très entrainant. :)

Note : 7.5/10
Extrait :
Sharko ressentit le tout premier frisson de l'enquête, le plus excitant. Ici, ça puait la mort, l'essence des buldozer, l'humidité, mais il se surprit à encore aimer ces odeurs nauséabondes. Il fut un temps où il se shootait à l'adrénaline et aux ténèbres.

2 commentaires:

C'est lundi, que lisez-vous ? [4]

15

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Rendez-vous repris par Galleane.
Ce que j'ai lu la semaine passée :

http://www.livraddict.com/covers/2/2786/couv26677148.jpg


Une très belle semaine de lecture en somme. Un énorme coup de coeur avec Cyrano de Bergerac et beaucoup de plaisir avec Le voleur d'ombres. Mes deux autres livres étaient très intéressants aussi. Je suis contente de les avoir lus ! :)

Mes lectures en cours :


Il y en aura surement d'autres... je n'arrive pas à résister à la tentation de rajouter d'autres lectures à celles que je me fixe de lire. En tout cas, j'ai presque fini Vingt mille lieues sous les mers ! ^-^

Mes prochaines lectures :
Gataca de Franck Thilliez !!! Peut-être un Stephen King aussi... mais pas sûr.

15 commentaires:

Cyrano de Bergerac

3
Auteur : Edmond Rostand

Titre : Cyrano de Bergerac

Résumé :
La gloire d'Edmond Rostand est inimaginable aujourd'hui. Ses contemporains le tiennent pour le plus grand écrivain de tous les temps. Cyrano de Bergerac suscite une véritable adoration, indéfiniment renouvelée. On devrait encore savoir par cœur ces vers piaffants, cliquetants, étourdissants, à l'image de ce héros romantique et baroque, de ce d'Artagnan amoureux. Savant fou tombé de la Lune ou ferrailleur éblouissant, si tous les Français se reconnaissent en lui, s'il nous arrache des larmes, c'est parce qu'il est vrai, d'une profonde vérité humaine. C'est lui que Roxane aimait, son intelligence, son esprit, et non le beau et ennuyeux Christian. Cyrano est une part de nous-mêmes, le vengeur des humiliés et des offensés, des timides et des ratés de l'amour. À la fin de l'envoi, c'est toujours lui qui gagne. 
 
* * *

Une pièce de théâtre qui est en vers ? Je serai la première à m'enfuir :P Il faut croire qu'il ne faut jamais juger un livre à premier abord. Si j'avais succombé à ma frayeur, je serais passée à côté d'un véritable chef-d’œuvre. Vous l'aurez deviné, ça a été un immense coup de coeur pour moi !

Tout dans ce livre était voué à me plaire. Les personnages très intéressants, les relations qu'ils entretiennent, le style d'écriture en toute beauté, ... et surtout Cyrano lui-même ! C'est un véritable gentleman doté d'un véritable don pour la poésie, malgré son apparence qui ne lui convient guère car il aurait tant aimé être aussi beau que Christian. J'ai adoré le soupçon d'humour dans ses discours, sa malice et son air constamment enjoué. Il met tant d'ardeur dans tous ses faits et gestes. On devine sa bravoure dans chacune de ses décisions. Sérieusement, je suis totalement sous son charme ! 

Christian et Cyrano. Ils ont tant de contrastes. Christian brille par son physique, Cyrano sera son intelligence pour plaire à Roxane. Une situation qui va mettre l'un ou l'autre dans des positions inconfortables mais si amusantes, pour nous lecteurs. Malgré certains passages drôles, le drame n'est jamais loin. La fin est triste mais si merveilleuse. Elle a achevé de me convaincre de ma passion pour cette œuvre. Décidément, c'est la meilleure pièce de théâtre que j'ai lue. :)

Petit plus : Ce livre - avec la contribution de mon amie litté.-13 - m'a donné envie d'en savoir plus sur le véritable Cyrano de Bergerac. J'espère avoir l'occasion de lire une de ses œuvres !

Note : 10/10 (sinon plus, haha !)

Pour les extraits que vous proposes, j'aurais tant aimé vous citer la tirade du nez qui est ma favorite mais elle est beaucoup trop longue. Je laisse quand même un lien pour ceux qui aimeront la découvrir : Tirade du nez.

J'aurais aimé vous citer le livre en entier mais ça n'a rien de raisonnable, non plus. :P Je me limite donc à celui-là, que j'ai beaucoup aimé :

Extrait du cinquième acte :
[...] À ce moment, un peu de brise fait tomber les feuilles.

CYRANO
Les feuilles !

ROXANE, levant la tête, et regardant au loin, dans les allées
                        Elles sont d’un blond vénitien.
Regardez-les tomber.

CYRANO
                                  Comme elles tombent bien !
Dans ce trajet si court de la branche à la terre,
Comme elles savent mettre une beauté dernière,
Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol,
Veulent que cette chute ait la grâce d’un vol !

ROXANE
Mélancolique, vous ?

CYRANO, se reprenant
                                   Mais pas du tout, Roxane !

3 commentaires:

Le voleur d'ombres

5
Auteur : Marc Levy.

Titre : Le voleur d'ombres

Résumé : 
Et si l’enfant que vous étiez rencontrait l’adulte que vous êtes devenu…
« - Maintenant, assieds-toi, il faut que l’on parle, a dit l’ombre.
Je me suis assis en tailleur sur le sol.
- Tu as un pouvoir très rare, il faut que tu acceptes de t’en servir, même s’il te fait peur.
- Pour quoi faire ?
- Trouve pour ceux dont tu dérobes l’ombre cette petite lumière qui éclairera leur vie, un morceau de leur mémoire cachée, c’est tout ce que nous te demandons.
- Nous ?
- Nous, les ombres, souffla celle à qui je m’adressais.
J’ai souri, je comprenais très bien de quoi elle parlait. »

* * *

J'ai été transportée par ce livre. Je ne pensais pas qu'il me plairait autant. Marc Levy, au même titre que Guillaume Musso, est un auteur dont les livres sont légers et que j'aime glisser entre deux lectures... La plupart du temps, j'en ressors pas amplement satisfaite mais là.. c'est complétement différent !

Ce livre est plein d'émotions. C'est l'histoire d'une vie. Je me suis extrêmement sentie proche du personnage principal (à qui l'auteur n'a pas donné de nom, en passant) surtout concernant sa relation avec ses parents. J'ai été profondément émue par la complicité avec sa mère, ainsi que par son attente, lorsque son père les quitte pour une autre femme. L'amour parental ainsi que l'amitié tiennent une place très importante. C'est ce qui m'a le plus touchée, quitte à me tirer quelques larmes.

Les pages se tournent toutes seules, dès le moment où on pénètre dans leur antre. Au début, on commence avec le personnage enfant. Ayant adoré cette partie, j'appréhendai le passage à l'âge adulte mais c'est passé tout seul et je n'ai pas moins aimé cette deuxième période. :) La plume de l'auteur est très poétique. Pleine de tendresse aussi, à l'image de ses personnages. Les évènements sont tantôt joyeux, tantôt maussade mais une atmosphère triste plane quand même, nous happant le cœur.

Un seul point négatif, je n'ai pas eu l'impression que ce "pouvoir de voler les ombres" a été bien exploité. Ce fut juste un stratagème pour expliquer comment le personnage principal arrive autant à en apprendre plus sur ses proches. Le pire, c'est qu'on n'entend plus parler de ce pouvoir sur un nombre de pages assez conséquents ! Comme si ce n'était pas le sujet principal du livre... Pourquoi ce titre alors ?

Cela n'a rien changé aux émotions que j'ai ressentie. Je suis sortie de cette lecture extrêmement marquée et chamboulée. Chose qui n'arrive que très, très rarement. Je peux sans conteste affirmer que ce livre a été un énorme coup de coeur pour moi !

Note : 9/10

Citation :
A l'adolescence, on rêve du jour où l'on quittera ses parents, un autre jour ce sont vos parents qui vous quittent. 
Extrait : (Lettre écrite par le personnage principal à ses douze ans)

Papa,
Je t'écris du bord de la mer où maman et moi passons quelques jours de vacances. J'aurais aimé que tu sois avec nous, mais les choses sont ce qu'elles sont. J'aimerais avoir de tes nouvelles, savoir que tu es heureux. Côté bonheur, pour moi, ça va ça vient. Si tu avais été là, je t'aurais raconté ce qui m'arrive et j'imagine que ça m'aurait fait du bien. Tu m'aurais donné des conseils. Luc dit qu'il n'en peut plus des conseils de son père, moi je suis en manque.
Maman prétend que l'impatience tue l'enfance, je voudrais tellement grandir, papa, être libre de voyager, fuir les endroits où je ne me sens pas bien. Adulte, je partirai à ta rencontre, je te retrouverai, où que tu sois.
Si d'ici là nous ne nous sommes pas revus, nous aurons tant de choses à nous raconter qu'il nous faudra cent déjeuners pour tout se dire, ou au moins une semaine de vacances rien qu'à nous deux. Ce serait formidable de pouvoir passer autant de temps ensemble. Je devine que ça doit être trop compliqué et je
me demande pourquoi. Chaque fois que j'y pense, je me demande aussi pourquoi tu n'écris pas. Toi, tu sais où j'habite. Peut-être que tu répondras à cette carte postale, peut-être que je trouverai une lettre de toi en rentrant à la maison, peut-être que tu viendras me chercher ?
Je crois que j'en ai marre des peut-être.

Ton fils qui t'aime quand même.
 Livre 11/26

5 commentaires:

Au bord de la tombe

12
Auteur : Jeaniene Frost.

Titre : Au bord de la tombe

Saga : Chasseuse de la nuit, tome 1.

Résumé : Catherine Crawfield est à moitié vampire !
Elle passe son temps à tuer des vampires et des démons en espérant tomber un jour sur son père qui détruit la vie de sa mère. Jusqu’au jour où elle est enlevée par Bones, un vampire chasseur de prime qui va lui prouver que tous les vampires ne sont pas mauvais.
Il accepte en effet de l’aider à retrouver son père si elle s’entraine avec lui et l’accompagne. Très étonnée de ne pas lui servir de diner, Cat apprend à accepter son statut de demi-vampire et doit choisir rapidement un camp lorsque Bones et elle sont poursuivis par une bande de tueurs.

* * *

Je n'étais pas si enjouée à l'idée de commencer ce livre. J'évite de commencer de nouvelles sagas de peur de ne jamais les terminer. Mais faisant partie de mon challenge ABC, il fallait bien que je le sorte un jour. Maintenant que ma lecture est terminée, je regrette un peu de l'avoir laissé traîner car je me suis quand même bien amusée avec ce livre ! :)

Tout d'abord, j'ai adoré le personnage de Cat. C'est une jeune femme très effacée dans le monde "normal" mais si courageuse et déterminée. Sa force ne parait que lorsque parait la nuit, lorsqu'elle exhibe ses armes pour traquer les créatures à longues dents. Vous l'aurez compris, Cat est une chasseuse de vampires ! Un genre de personnage peu exploité dans la Bit-lit et qui a fait mon bonheur dans ce livre. Bones, quant à lui, chasse tous ces préjugés concernant les vampires. Non, sa peau ne brille pas quand parait le soleil ! *sort* Je l'ai apprécié aussi et j'avoue que le duo Cat&Bones a eu raison de moi. :D

L'action ne manque pas dans ce tome. L'humour est aussi chose courante ! Les dialogues sont parfois désopilants et casse un peu cette lourde atmosphère sanguinaire qui s'abat sur le lecteur. Et la violence ne manque pas. Les descriptions des meurtres sont parfois hard, certains passages peuvent choquer ... j'ai vu pire mais c'est un livre à ne pas mettre dans toutes les mains.

J'ai tout de même été lassée par certains passages que j'ai trouvés redondants. Et le point le plus négatif est sans doute le fait que Cat passe parfois pour un super-personnage. Lors des batailles qu'elle mène... c'est à peine si elle est éraflée. A force d'enchaîner les victoires, elle commence à nous ennuyer un peu.

Bon d'un point de vue général, c'est vrai que je me suis amusée. Une lecture plutôt sympathique avec une fin qui nous laisse plein de promesses vis à vis de la suite ! Je continuerai l'aventure sans doute. :)

Petit plus : Je trouve ça marrant que le mot "tombe" apparait dans tous les titres de la saga. :P

Note : 7/10

Livre 10/26

12 commentaires:

Le Parfum de la Dame en Noir

5
Auteur : Gaston Leroux.

Titre : Le Parfum de la Dame en Noir.

Résumé :
 Depuis que le Mystère de la chambre jaune a été élucidé par Rouletabille, rien ne semble plus s'opposer au bonheur de Mathilde Stangerson et de Robert Darzac. Le mariage est célébré... mais le jeune couple est à peine parti en voyage de noces qu'un pressant appel au secours parvient à Rouletabille. [...] (*), l'homme qui a juré la perte de Mathilde, serait-il ressuscité d'entre les morts ?

(*) J'ai fait exprès d'enlever le nom, pour ne pas vous spoiler si jamais vous voulez lire le premier tome. (:

* * *
 
J'avais découvert Gaston Leroux grâce au Mystère de la Chambre Jaune. C'est un des meilleurs polars que j'ai lus et malgré le fait que ma lecture remonte à des années, il reste toujours parmi mes favoris. Ensuite, j'ai eu l'occasion de renouer avec l'auteur en lisant Le Fantôme de l'Opéra. Un excellent livre que j'avais découvert après avoir regardé l'adaptation avec la talentueuse Emmy Rossum. Le Parfum de la Dame en Noir est donc mon troisième livre de l'auteur.. et j'espère que ça ne sera pas mon dernier. :) 

Ce livre est la suite de Le Mystère de la Chambre Jaune. Les évènements surviennent juste après que le mystère soit élucidé. Ce qui fait que pour un lecteur du premier tome, il n'y aura aucun problème pour se situer. On retrouve avec plaisir les personnages même si l'atmosphère où ils évoluent n'a rien de joyeuse. Je ne donnerai pas de détails, puisque le résumé révèle bien assez les circonstances.

L'intrigue s'axe beaucoup sur les personnages, cette fois-ci. Le livre promet des révélations foudroyantes à propos de Rouletabille. Ce personnage qu'on ne connaissait que d'une manière surfacique dans le premier livre est amené à raconter son histoire. C'est un des points clés de l'intrigue et ce fut particulièrement réussi. Malheureusement, je fus un peu déçue de ne pas retrouver le Rouletabille du premier livre... Nerveux, constamment abattu et plus mature, il est loin du petit prodige de dix-huit ans qui brillait par sa malice. Mais que veut-on les circonstances de l'histoire l'ont rendu comme tel ! 

Comme dans Le mystère de la Chambre Jaune, le narrateur est Sainclair, un proche de Rouletabille. Ce qui fait qu'on est en plein coeur de l'action

Le criminel recherché passe pour un artiste de camouflage. Affublé de masques, il peut prendre n'importe quelle apparence. Sainclair suspecte tout le monde et voit le bandit partout... nous poussant à avoir la même réaction. Malgré le fait que nous connaissons le nom de personne recherchée, on ignore son identité.. ce qui revient à dire que le côté polar tient une place importante.

J'aimerai insister sur le fait que Gaston Leroux est un maître du suspense. C'est un des rares polars qui a fait battre mon coeur au fil des pas des personnages. L'auteur joue sur les mots dans ses descriptions, sur les majuscules dans ses dialogues et j'avoue avoir sursauté plusieurs fois comme si j'assistais moi-même aux scènes. Fermer le livre après la fin d'un chapitre fut une tâche particulièrement difficile. On s'accroche aux pages et on se laisse emporter.

Pour finir, je ne peux que conseiller la lecture des deux tomes ! Ils sont vraiment géniaux même si j'ai largement préféré Le mystère de la Chambre Jaune.

Petit plus : La possibilité de retrouver Rouletabille dans des aventures antérieures !! :)

Note : 7.5/10

5 commentaires:

Bloody Valentine

6
Auteur : Melissa de la Cruz

Titre : Bloody Valentine

Saga : Les Vampires de Manhattan.

Résumé :
Vous pensiez tout savoir sur les Vampires de Manhattan ? Découvrez les amours maudites des héros dans ce volume inédit de la saga, avant la révélation finale du tome 6 (à paraître en 2011). Allegra a osé aimer un humain. Oliver a subi les affres de sa passion pour Theodora. Et surtout, Theodora et Jack ont défié les lois implacables des Sang-Bleu, une certaine nuit à Florence. Passions inavouables et ténèbres romantiques, liens cruels et pactes nocturnes, toutes les affres amoureuses de nos vampires préférés. Bloody Valentine ou la vie privée des Vampires de Manhattan !
* * *

Le livre est divisé en trois petites histoires. La convalescence d'Oliver au départ de Theodora. L'histoire d'Allegra, de Charles et d'un certain Sang-rouge et une romance entre Theodora et Jack. J'ignore si ce livre est indispensable dans la saga car je n'ai pas encore eu l'occasion de découvrir le tome 6 mais en tout cas, il s'agit d'une lecture très légère qui se lit rapidement et donc, qu'il ne faut pas rater. :)

On tire certainement des avantages de ce livre. J'ai surtout apprécié le fait d'apprendre un peu plus sur Allegra et Charles, leur jeunesse et leur relation. J'espère qu'ils auront leur place dans les prochains tomes car suivre leur parcours est intéressant. De même, j'ai beaucoup apprécié la première nouvelle. Oliver est un personnage qu'on a mis dans l'ombre au fil des tomes - c'est dommage car il m'est sympathique. C'est l'occasion de renouer un peu avec lui. La dernière nouvelle, par contre, n'a pas suscité chez moi autant d'intérêt que les deux premières. Le petit côté action m'a plus mais à part ça, ça ne nous rapporte rien de nouveau.

Ce petit livre permet de nous mettre dans le bain. Ca m'a donné l'envie de continuer la saga au plus vite ! :D

Note : 7/10

6 commentaires:

C'est lundi, que lisez-vous ? [3]

17

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Rendez-vous repris par Galleane.
Ce que j'ai lu la semaine passée :




Je lisais aussi Vingt milles lieues sous les mers, Le parfum de la dame en noir, Au Bord de la tombe et Cyrano de Bergerac (je n'ai pas beaucoup avancé dans ces lectures, leur préférant celles que j'ai citées plus haut). Disons que j'ai un peu exagéré cette semaine. La prochaine fois, je me limiterai à mes lectures "officiellement en cours". Enfin, je vais essayer. :P


Mes lectures en cours :



Mes prochaines lectures :
Gataca de Franck Thilliez ! J'attends seulement que ma mère le finisse :3

17 commentaires:

Crime et châtiment, tome 1

2
Auteur : Fedor Dostoïevski.

Titre : Crime et châtiment, tome 1.

Résumé :
A Saint-Pétersbourg, en 1865, Raskolnikov, un jeune noble sombre et altier, renfermé mais aussi généreux, a interrompu ses études faute d'argent. Endetté auprès de sa logeuse qui lui loue une étroite mansarde, il se sent écrasé par sa pauvreté. Mais il se croit aussi appelé à un grand avenir et, dédaigneux de la loi morale, se pense fondé à commettre un crime : ce qu'il va faire bientôt - de manière crapuleuse. Publié en huit livraisons par Le Messager russe au cours de l'année 1866, le roman de Dostoïevski montre en Raskolnikov un témoin de la misère, de l'alcoolisme et de la prostitution que l'auteur décrit sans voiles, un criminel aussi qui ne sait trop pourquoi il l'est devenu, tant les raisons qu'il s'invente pour agir sont contradictoires. Mais la tragédie n'exclut pas la vision d'une vie lumineuse, et le châtiment de son crime va lui permettre un long cheminement vers la vérité, et la renonciation à sa mélancolie brutale. Après quoi sera possible ce que l'épilogue annonce : l'initiation de Raskolnikov à une réalité nouvelle, le passage d'un monde à un autre monde.
* * *

Après avoir goûté à la littérature russe grâce à Anna Karénine de Tolstoï, j'ai décidé de remettre ça avec un livre du très célèbre Dostoïevski et cela, dans le cadre du challenge A la découverte des Russes. :)

Dans Anna Karénine, on était en face à une société huppée, à la recherche des plaisirs et du luxe. On s'éloigne de ce thème, dans Crime et châtiment, en plongeant dans la misère. Un peuple confiné dans des chambres ressemblant plus à des tombeaux, un peuple qui n'a plus qu'un but : survivre. Rodia caractérise au mieux cette société. Ancien étudiant, ayant quitté l'université, il est poussé jour après jour par sa logeuse à payer son dû ou à quitter sa chambre. Mais où trouver l'argent ? Sa seule ressource est sa mère, encore plus pauvre que lui, qui lui a déjà plus d'une fois sauvé la mise. Il ne lui reste qu'une seule issue : mettre sa montre - seul souvenir de son père - et une bague sans grande valeur en gage. Cela ne lui rapporte guère beaucoup. C'est là que l'idée de commettre un crime lui vient à l'esprit.

Rodia est un personnage très intéressant à suivre. Il est taciturne, fier, brillant d'intelligence et surtout tourmenté. Après avoir commis son assassinat, le doute torture son esprit et va poussivement le mener vers la folie. Son délire est rudement bien décrit ! Pénétrer ses pensées est une expérience captivante.

En général, les dialogues respirent la réalité. On n'a aucun mal à se représenter les personnages. Le récit promet beaucoup de discussions intéressantes, en particulier à propos du crime. Malgré tout, j'avoue que je me suis laissée devancer de temps à autre... La narration est effrénée, par moments. On se perd, on se demande où les personnages sont exactement... J'ai eu la même remarque à propos du livre Netotchka Nézvanova du même auteur.

Il y a beaucoup de personnages et comme cela est fréquent en Russie, chacun a non seulement un nom et un prénom mais aussi un patronyme et parfois même un surnom. Ce qui en fait une bonne vingtaine à retenir. Heureusement que mon édition proposait un résumé de personnages au tout début. J'aurais été en mauvaise affaire, dans le cas contraire.

Mon seul regret : ne pas posséder le deuxième tome. :( La fin de ce premier opus me laisse un fort suspense, j'ai vraiment envie de savoir ce qui va se passer !

Note : 8/10
Citations :
Des éventails de rides entouraient depuis longtemps ces yeux, ses joues se creusaient, desséchées par les soucis et les douleurs, mais son visage n'en était pas moins d'une grande beauté.

Il y a des gens, de parfaits inconnus, qui appellent l'intérêt au premier coup d'oeil, ainsi, soudainement, sans qu'aucune parole ne soit encore échangée. 

2 commentaires:

Le crime de Lord Arthur Savile

8
Auteur : Oscar Wilde.

Titre : Le crime de Lord Arthur Savile.

Résumé : Il s'agit ici d'un jeune homme un peu trop parfait sur le point d'épouser une femme un peu trop parfaite. Jusqu'au jour où, à travers les prédictions d'un chiromancien, il découvre avec horreur qu'il va commettre un crime abject. C'est fort fâcheux pour cet homme qui juge la tâche en question tout à fait déplaisante. Certes. Mais si tel est le destin, alors tel est son devoir, et notre héros n'est pas homme à se dérober devant lui. Tuer après le mariage pouvant fortement compromettre son bonheur conjugal, le voilà qui décide de retarder la cérémonie pour venir à bout au plus vite de l'odieux impératif. Mais qui tuer ? Et comment ? Une nouvelle délicieuse et pleine d'humour. 

* * *

J'ai l'habitude d'éviter les nouvelles car j'ai souvent l'impression que ce n'est pas si "développé". Je n'ai pas éprouvé ce sentiment avec ce petit livre de Wilde. C'est un récit simple et concis mais qui remplit sa tâche à merveille !

L'intrigue est très bien menée. Lord Arthur Savile a vivement décidé de répondre à son destin avant d'épouser sa fiancée, afin d'éviter les complications. Imaginez un jeune homme innocent, plein de candeur avec l'idée d'assassiner quelqu'un... Ca donne une situation très cocasse, n'est ce pas ?

Le récit, malgré sa portée morbide, est vraiment léger et ne manque pas d'humour. La chute de la nouvelle est très réussie ! Un vrai chef-d'oeuvre que je suis contente d'avoir découvert. J'ajoute en final qu'il s'agit d'un bouquin qui convient à tout âge.

Petit plus : La fiancée de Lord Arthur s'appelle Sybil ! L'actrice dont Dorian a été éprise se prénommait ainsi aussi, dans Le Portrait de Dorian Gray. :)

Note : 10/10
Citation :
l sentit que l’épouser, avec le fatum du meurtre suspendu sur sa tête, serait une trahison pareille à celle de Judas, un crime pire de tous ceux qu’ont jamais rêvés les Borgia.

8 commentaires:

Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus

4
Auteur : Paul Dewandre - Jif - Nathalie Jomard - John Gray

Titre : Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus.

Résumé : Les hommes et les femmes ne parlent pas la même langue ! D'où les frustrations, les malentendus, les déchirements... Mars, dieu de la Guerre, Vénus, déess
de l'Amour : les deux sexes se ressemblent peu dans leur manière d'agir et d'exprimer leurs sentiments. Des années d'expérience conjugale ont permis à John Gray d'analyser ces différences pour en faire une source d'enrichissement mutuel plutôt que de conflit. Best-seller dans le monde entier, ce guide est indispensable pour communiquer et vivre en harmonie avec l'autre sexe.

* * *

J'avais déjà lu la version papier mais elle m'avait ennuyée plus qu'autre chose. Ce qui fait que j'avais refermé le livre après une cinquantaine de pages lues, surtout que l'auteur se répétait beaucoup.A force de relire la même chose à chaque fois, on décroche totalement. C'était sans compter le fait que je n'étais pas forcément d'accord avec l'auteur. Le plus drôle était que je me retrouvais dans les deux sexes, d'après que ce l'auteur disait. xD

Mais avec cette bande-dessinée, ce fut différent. On sent que cette BD est surtout destinée à faire rire.. En tout cas, je me suis plus intéressée à ce point-là. Il faut dire que les auteurs/dessinateur ne manque pas d'humour. :) J'ai adoré les petites scènes qui illustrent les idées et le petit côté ironiques qui s'en dégage. Les dessins sont beaux et vraiment réussis. J'ai passé un moment plutôt sympathique.

4 commentaires:

Dolores Claiborne

1
Auteur : Stephen King.

Titre : Dolores Claiborne.

Résumé : Terrifiantes, bouleversantes, sans remords, les confessions d'une vieille dame très indigne.
À Little Tall, on attend toujours de savoir ce qui s'est passé le 20 juillet 1963, jour de l'éclipse et de la mort de Joe, le mari de Dolores. Mais aujourd'hui, la police s'intéresse surtout aux circonstances du décès de Vera Donovan, dont Dolores fut la dame de compagnie pendant des décennies...

* * *

Ce livre est très différent de ce que ceux de King que j'ai eu l'occasion de lire. Il n'y aucune touche de fantastique dans ce bouquin... Juste des scènes de la vie quotidienne. Un drame, une touche de polar... mais pas la moindre parcelle d'horreur. Je l'ai tout simplement dévoré. Il faut juste prendre la peine de se mettre dans le contexte, comprendre un peu de quoi il s'agit... et les pages commencent à tourner toute seule.

Le procédé de narration sort vraiment de l'ordinaire ! Il s'agit d'un... monologue. Ce qui fait qu'on est entièrement centré sur le personnage principal. Trois personnages sont le public de Dolores. On sent leur présence physique parce que Dolores interrompt son récit de temps à autre pour interagir avec eux mais sans que l'auteur n'introduise leurs paroles. On devine seulement ce qu'ils avaient pu dire. En gros, c'est comme si le lecteur lui-même faisait partie de la cour de Dolores et qu'il était pendu à ses lèvres, au même titre que le trio.

 Dolores Claiborne est un personnage très bien construit. Son récit est narré avec un langage assez cru et peu mesuré. On sent que l'on est devant une femme qui a une vie mouvementée et qui en a bavé. Son histoire confirme nos doutes. Après avoir été soupçonné de l'assassinat de son mari violent, on vient lui coller la mort de sa patronne au dos. Face aux policiers, elle se livre afin de se défaire du poids qui pèse sur ses épaules. Et malgré son côté revêche et son franc-parlé, on s'attache beaucoup à elle. Difficile de ne pas éprouver de la tendresse à son égard. Puis, il y a Vera. Elle a été subtilement décrire, le long du récit, comme une garce prétentieuse (voir citation). Tour à tour, on la déteste, on la plaint. Au même titre que Dolores, c'est un personnage très réaliste. C'est celui qui m'a le plus marqué après l'héroïne du livre.

En s'aventurant dans ce thème assez différent de ceux qu'il aborde d'habitude, King confirme de nouveau son talent. a narration est faite à la première personne, l'auteur arrive sans peine à nous faire passer tant d'émotions. Stephen King arrive merveilleusement bien à se glisser dans la peau de son personnage... à notre plus grand plaisir. :)

Note : 8.5/10

Citation :
Parfois, elle [Vera] a dit, il faut être une garce prétentieuse pour survivre. Parfois, il reste plus à une femme que son côté garce. 

 Livre 9/26
Livre 3/7

1 commentaires:

Le Chant des Sorcières

5
Auteur : Mireille Calmel.

Titre : Le Chant des Sorcières, tome 1

Résumé : En 1483, dans le Vercors, la jeune Algonde fille de l'intendante du château de Sassenage, échappe miraculeusement à la mort après être tombée dans un torrent. Sous le choc, elle confie avoir été sauvée par la fée à queue de serpent, Mélusine... Désormais, pour la fière Algonde, rien ne sera plus comme avant. Afin d'échapper à une redoutable prophétie, elle doit percer les secrets du château: Quel mystère entoure la mort de la baronne? Pourquoi la plus haute chambre du donjon est-elle condamnée? Et surtout, d'où lui vient cette ressemblance troublante avec la fée? La jeune fille s'apprête à combattre des puissances aussi mystérieuses que maléfiques...

* * *

Ce premier tome de la trilogie montre tout le travail que l'écrivain a fourni. Dès les premières pages, on voit Calmel s'est fort bien documentée pour esquisser son histoire qui se déroule dans le moyen-âge. Les relations maîtres-servants, les évènements (joutes, ...), les décors, les personnages eux-mêmes et les manières dont ils s'expriment... Tant de facteurs qui nous donnent l'impression d'être plongés au beau milieu du quinzième siècle. D'un point de vue époque et historique, il n'y a rien à reprocher à l'auteur !

L'intrigue en elle-même ne manque pas d'intérêt mais l'aspect fantastique m'a un peu rebutée. Le résumé ne dévoile que quelques bribes de l'histoire... Je m'attendais à une légende inouïe, des croyances superstitieuses mais pas à du fantastique pur et dur. J'avoue que lorsqu'on s'est mis à parler "Harpies", j'ai commencé à décrocher progressivement.

Il faut dire que les personnages ne m'ont pas du tout aidée. A part Algonde (le personnage principal) et quelques autres que je pourrai compter sur les doigts de la main, je n'ai pas tant apprécié les autres. Philippine, la fille du baron, est particulièrement détestable.

Ce fut une lecture assez laborieuse pour moi mais à laquelle j'ai quand même pris du plaisir à certains moments. J'avoue que je suis tout de même curieuse vis-à-vis de la suite. Si j'ai l'occasion de lire les deux autres tomes, je ne la raterai peut-être pas. :)

Note : 6.5/10

5 commentaires:

C'est lundi, que lisez-vous ? [2]

14
Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Rendez-vous repris par Galleane.
Ce que j'ai lu la semaine passée :


Je lisais aussi Crime et châtiment ainsi que Vingt milles lieues sous les mers mais je ne suis pas encore arrivée à les finir, faute de temps. :)


Mes lectures en cours :


Mes prochaines lectures :
Sans doute Gataca de Franck Thilliez, emprunté à la bibliothèque, il y a une semaine. Le Syndrome E m'a laissée un énorme suspense !! J'ai trop envie de savoir ce qui va se passer ensuite. Cyrano de Bergerac me tente beaucoup aussi mais je crois que je vais le laisser pour la semaine prochaine.

14 commentaires:

Hannibal Lecter, les origines du mal

6
Auteur : Thomas Harris

Titre : Hannibal Lecter : les origines du mal.

Résumé : Le Mal absolu ne cessera jamais de fasciner la littérature et les lecteurs. Pour preuve cette année, le succès des "Bienveillantes", de Jonathan Littell, qui nous plonge dans la conscience raffinée et barbare d'un nazi. Dans un tout autre registre littéraire, les thrillers de Thomas Harris, le mythique auteur du "Silence des Agneaux", prennent également le pouls du Mal. Comme une obsession. Comme la seule source de fascination qui vaille ici-bas. Ainsi la création d'un monstre à visage d'homme répondant au doux nom de Hannibal Lecter. On le connaît tous. On l'a déjà vu à l'oeuvre : l'alliance du génie et du goût de la mort, au-delà de toute raison, au-delà de toute logique...

Mais qui était donc Hannibal Lecter avant devenir un monstre ? Quel goût a pu avoir son enfance pour faire de lui le diable en personne ? Autrement dit, comment un petit garçon a pu découvrir la soif du Mal et s'y adonner corps et âme ?

* * *

J'ai été atteinte par la folie Hannibal Lecter, assez tard quand même.Je l'ai découvert grâce au film Hannibal Rising (Hannibal Lecter, les origines du mal). Marquée par cette adaptation, je me suis mise à chercher les romans de Thomas Harris, commençant par Dragon Rouge ensuite Le Silence des Agneaux qui fut un énorme coup de cœur. Mais le livre duquel était tiré le film, je n'arrivais pas à mettre la main dessus. Jusqu'au moment présent. :) Après une attente de presque quatre ans, je suis quand même déçue. Je crois que j'attendais beaucoup de ce livre, en fait.

Si l'on compare ce quatrième tome aux deux premiers, il est sûr qu'on trouverait beaucoup de différences. Hannibal n'est pas encore ce criminel cruel mais si brillant qui fascine tout le monde. Il a encore un peu d'humanité même si on remarque déjà des bizarreries sur son compte. Ses agissements n'ont rien de très "sain". Puis l'idée qu'il a de se venger le pousse à commettre l'irréparable, plus d'une fois. J'ai aimé suivre son parcours, ça c'est sûr, mais je n'ai pas tellement accroché au livre.

Je n'ai pas trouvé au texte la fluidité qui le caractérisait si bien dans Le Silence des Agneaux. L'histoire lasse aussi rapidement, j'ai réussi à vaincre l'envie d'abandonner la lecture, quitte à la procrastiner plus d'une fois. Ensuite, les personnages ne sont pas assez creusés. En particulier Dame Murasaki que j'aurais aimé connaître un peu plus. La petite touche japonaise à l'histoire est excellente, cela dit. J'ai eu beaucoup de plaisir à lire leurs poèmes et les petites allusions à leur culture.

Certainement, le film est beaucoup mieux. Pour une fois, je conseillerai l'adaptation, plutôt que le bouquin. 

Note : 6.5/10

Citation :
 Elle s'est à nouveau drapée dans son irritation comme dans un kimono d'hiver.

6 commentaires:

Contes de ma mère l'Oye

2
Auteur : Charles Perrault.

Titre : Contes de ma Mère l'Oye.

Résumé : "Si Peau d'Âne m'était contée..."
Est-il en effet fable plus exquise que celle de cette jeune princesse qui demande à son père une robe couleur du temps ? Conte plus terrifiant que cette histoire de Barbe-Bleue, où l'héroïne, sur le point de trépasser, guette désespérément l'arrivée de ses frères ? "Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir"...
Il était une fois...
Avec Perrault, toute la magie de l'enfance resurgit. Cendrillon et son carrosse en forme de citrouille, la Belle au bois dormant; le Chat botté qui tant loua son maître, le marquis de Carabas...
Sans oublier le Petit Chaperon rouge et sa "bobinette cherra"...
Contes du temps jadis qui, aujourd'hui encore, ravissent petits et grands...

* * *

J'ai toujours aimé les contes. Ils font partie de mes genres favoris et je reste très attachée à ceux de mon enfance, c'est à dire ceux de Grimm, d'Andersen et de Perrault.

J'avais lu beaucoup de versions des contes de Perrault, mais je peux sans conteste dire que ceux écrits par la main de l'écrivain sont mes favoris. Déjà, chacun d'eux recèlent une morale bien expliquées à la fin, rédigée en vers. Je les ai lu deux, trois fois pour Ensuite, le style très ancien que j'ai trouvé harmonieux, m'a totalement conquise. 

Parmi mes contes préférés, on trouve La Belle au bois dormant (dont je ne connaissais pas la suite, car dans mon ancien volume, l'histoire s'arrêtait au moment où le prince réveille sa belle d'un baiser) et surtout, surtout La Barbe Bleue, que j'ai tout simplement adoré redécouvrir.

En final, je n'aurai qu'une recommandation : Lisez-le, peu importe votre âge, vous ne le regretterez pas !!

Note : 10/10
Extrait du conte de la Barbe Bleue :
La soeur Anne monta sur le haut de la tour, et la pauvre affligée lui criait de temps en temps :
- Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?
Et la soeur Anne lui répondait :
- Je ne vois rien que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie.

Moralité du Chat Botté :
Quelque grand soit l'avantage
De jouir d'un riche héritage
Venant à nous de père en fils,
Aux jeunes gens pour l'ordinaire,
L'industrie et le savoir-faire
Valent mieux que des biens acquis.

Extrait de la moralité de Riquet à la houpe :
Tout est beau dans ce que l'on aime,
Tout ce qu'on aime a de l'esprit.

2 commentaires:

C'est lundi, que lisez-vous ? [1]

11
 
Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Rendez-vous repris par Galleane.
 
Ce que j'ai lu la semaine passée :
 
 

J'ai adoré La Dame aux Camélias et la Baby Sitter. Le roman de Fitzgerald se lit très bien, l'histoire est vraiment spécial. Quant à Il était une fois dans le nord, c'est un petit livre pour compléter la saga A la croisée des mondes. Concernant Le chant des sorcières, je suis restée sceptique. L'histoire ne manque pas d'intérêt mais j'ai l'impression qu'il manque quelque chose.

Ce que je lis en ce moment :
 
Mes prochaines lectures :
 
Je ne sais pas encore mais ça sera probablement une lecture jeunesse puisque j'ai lu pas mal de classiques !

11 commentaires: